RADIO(S)

Alerte info
MOSAIK RADIOS : Mars 1971 - Mars 2021 la Commune de Paris 150 ans. Chansons Rouges aux couleurs de la Commune avec des émissions spéciales et la diffusion d'uns playlist unique avec les plus belles chansons de la Commune CHANSONS ROUGES L'INFORMATION EN CONTINUE : Flashs d'actualités toutes les heures de 6h à 23h. Journaux à 7h, 9h, 13h, 17h, 19h. Top Magazines à 8h, 12h, 18h, 23h MOSAIK RADIOS : En cliquant sur le logo en bas à droite vous pouvez écouter une autre station du groupe Mosaik Radios : Classik Radio ou Radio Evry 91 Ile de France. Retrouvez également l'actualité du cinéma et les prévisions météo locales et nationale sous la rubrique média. NOUVEAU : Extra Club Urban Latino Musique le hit ! : Sur CHANSONS ROUGES MOSAIK RADIOS mardi 21h, jeudi minuit, samedi 23h30h, dimanche15 h Pour les plus petits et les plus grands découvrez LE JOURNAL DES PETITS CHOUX : Sur Classik Radio le mardi à 18h30, le mercredi à 20h, le dimanche à 10h30 ; sur Chansons Rouges le mercredi à 16h, le dimanche à 11h




Un rassemblement dans une ville frontalière de la Belgique et du Luxembourg a été l’occasion, mercredi, pour Fabien Roussel et d’autres élus des pays voisins de réclamer la levée des brevets sur les vaccins.

Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle), envoyé spécial.

Le rouge dans sa diversité. Devant la mairie de Mont-Saint-Martin, on trouvait, mercredi, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé, les drapeaux français du PCF, allemand de Die Linke ou du Parti communiste luxembourgeois côtoyant les bannières et les masques multicolores du Parti du travail de Belgique (PTB) et de Dei Lenk (Luxembourg) pour clamer : « Pas de profits sur la pandémie ! »

Le lieu pour ce rassemblement d’une centaine de personnes n’était pas choisi au hasard, la ville de 9 000 habitants étant située à la frontière belge et luxembourgeoise. Elle abrite le seul hôpital du nord de la Moselle, fait valoir son maire, Serge De Carli. Hôpital qui subit les effets de la modération salariale de ce côté-ci de la frontière. « Le Luxembourg absorbe les compétences professionnelles françaises, il manque la moitié des infirmières nécessaires à l’hôpital », insiste l’édile communiste. L’établissement est toutefois central pour la campagne de vaccination. Mais, ici comme ailleurs, il manque de doses.

Examiner une législation sur la transparence des contrats

Et s’il en manque, c’est qu’on n’en produit pas assez. « Le conseil départemental, dont je suis élu, a voté une motion pour faire du vaccin un bien public mondial », relève Serge De Carli. Une revendication d’autant plus légitime que les institutions publiques ont « investi des sommes importantes dans la recherche et le développement. Il est normal que nous levions les brevets sur les vaccins pour les partager et les produire plus rapidement », explique Julie Maenaut, membre du département des relations internationales du PTB. Son parti mène la campagne en s’appuyant sur son réseau de maisons de santé, Médecine pour le peuple, qui fêtera ses 50 ans cette année. « Cela permet de faire un travail d’organisation avec les patients », raconte-t-elle. Cette levée des brevets ne doit pas concerner la seule Europe, insiste le député régional de la Sarre, Dennis Lander. « Les habitants d’Afrique et du Sud global ne sont pas vaccinés. Il faut rendre le vaccin accessible à toute la planète, sinon, à terme, le coronavirus va revenir dans les pays du Nord comme un boomerang », estime-t-il.

Secrétaire national du PCF, Fabien Roussel demande que la France et les pays de l’Union européenne permettent, comme le demandent l’Inde, l’Afrique du Sud et une centaine de pays, le déclenchement de l’article 31 de l’Organisation mondiale du commerce, qui permet que les brevets « soient levés si un pays constate une pénurie de vaccins, au nom de l’urgence sanitaire ». « C’est ce qu’a fait le président d’Afrique du Sud Nelson Mandela en son temps pour produire des médicaments contre le sida », tient-il à rappeler. Le dirigeant communiste invite à souscrire à l’initiative citoyenne européenne qui vise à recueillir un million de signatures de plusieurs pays européens pour contraindre les institutions de l’Union européenne à examiner une législation sur la levée des vaccins et la transparence des contrats (1). Cela doit notamment permettre de savoir quel est le coût de production d’un vaccin. « L’Afrique du Sud achète ses doses à cinq euros, l’Angola à sept. Combien cela coûte-t-il aux pays européens ? » interroge Fabien Roussel. Car cela reviendra cher aux finances publiques. Il faut empêcher l’enrichissement sur la crise. « On a appris, mardi, que la France avait trois milliardaires de plus cette année. Parmi eux, on trouve, entrant au palmarès avec plus de trois milliards d’euros de patrimoine, Stéphane Bancel, le patron de Moderna », qui produit l’un des vaccins anti-Covid, dénonce le député du Nord. La pandémie est source de profits.

Source l'Humanité, Gaël De Santis

Partager