RADIO(S)

Alerte info
MOSAIK RADIOS : EXCLUSIF - Présidentielles. Suivez la campagne électorale de Fabien Roussel sur nos web radios : Chansons Rouges et Classik Radios CHANSONS ROUGES L'INFORMATION EN CONTINUE : Journaux à 7h, 9h, 10h, 13h, 16h, 19h. Top Magazines à 8h, 12h, 18h, 21h, 23h MOSAIK RADIOS : En cliquant sur le logo en bas à droite vous pouvez écouter une autre station du groupe Mosaik Radios : Classik Radio. Retrouvez également l'actualité du cinéma et les prévisions météo locales et nationale sous la rubrique média.




Une centaine de manifestations se sont tenues ce vendredi en France pour la revalorisation des pensions, à l’organisation de neuf organisations syndicales (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires) et associatives (FGR-FP, LSR, Ensemble et solidaires) de retraités. L’Humanité a rejoint le rassemblement parisien, au pied du ministère de l’Economie et des Finances.

Pour tous ces retraités, le compte n’y est pas. « Les prix à la consommation, et les prix des dépenses contraintes comme l’énergie, le gaz, l’électricité, voire la mutuelle santé, les transports augmentent à un rythme endiablé », désespère Yves Housson, qui déplore, en parallèle, une augmentation des pensions de retraites de seulement 0,4%. Soit « une poignée d’euros pour toute l’année », plaçant de plus en plus de retraités en difficulté financière.

Pour une augmentation de 100 euros par mois 

Une situation d’autant plus dure à digérer que, « de l’argent, il y en a », avance le retraité. « Au moment où les 500 plus grandes fortunes du pays ont vu leur fortune doubler jusqu’à presque 1 000 milliards en à peine quelques années, qu’on ne nous dise pas qu’il n’y a pas d’argent pour financer nos revendications », tacle-t-il, tout en revendiquant une augmentation des retraites d’au moins 100 euros par mois, ainsi qu’une indexation de celles-ci sur les salaires, et non plus sur les prix.

Louise Gavary est retraitée de l’éducation physique et sportive. Cette militante au SNEP-FSU ne s’estime pas durement touchée par la situation actuelle, mais manifeste en pensant « aux collègues qui partent maintenant à la retraite de plus en plus tard, avec une retraite de 200, 300, voire 400 euros moins élevée » que la sienne, à salaires équivalents.

Un peu plus loin dans le cortège, Philippe Pakiary, président adjoint à la fédération nationale des officiers mariniers, est « en colère », comme l’affiche d’emblée sa pancarte. Il dénonce, lui aussi, un pouvoir d’achat des retraités « en péril », et souhaite mettre l’accent sur une situation singulière. « Aujourd’hui, je suis là pour toutes les veuves des officiers mariniers, qui ne touchent que 50% de leurs pensions et qui se retrouvent à devoir vivre avec des retraites de 800 euros », alerte l’ancien officier, qui appelle à une augmentation générale des retraites, et à ce que les veuves des officiers mariniers puissent percevoir au moins 75% des pensions de leurs défunts maris.

Solidarité inter-générationnelle

Parmi les manifestants, on retrouve également quelques non-retraités, présents par solidarité, avec en tête « des parents, des grands-parents, de la famille qui vivent péniblement avec leur retraite », explique Fabien Auvity, secrétaire général de l’union locale CGT du 13ème arrondissement de Paris. Le représentant syndical cite notamment l’exemple des ouvriers, « qui touchent des pensions de 800 euros alors qu’ils ont travaillé toute leur vie au SMIC… C’est un peu se foutre d’eux. » tance le syndicaliste. A côté de lui, Aurélie Mongeot, trésorière de la même section locale ajoute « et se mobilise aussi pour nos enfants et les générations futures ! ».

Tous affirment d’ores et déjà leur soutien à la grève nationale du 5 octobre, qu’ils rejoindront pour la plupart, à l’appel des organisations syndicales CGT- FO – FSU – Solidaires – FIDL – MNL – UNEF – UNL, et à destination du de l’ensemble du monde du travail dans le secteur privé, du public, et des jeunes. Avec pour mot d’ordre: « Tous unis pour nos droits, » c’est la thématique centrale de cette journée.

Source l'Humanité

Partager