RADIO(S)

Alerte info
CHANSONS ROUGES MOSAIK RADIO : 7 HEURES D'INFORMATIONS, 14 HEURES DE MUSIQUES, LA RADIO INTELLIGENTE DU WEB : Vous pouvez écouter actuellement Chansons Rouges Mosaik Radio. En cliquant sur le logo en bas à droite vous pouvez écouter une autre station du groupe Mosaik Radios : Classik Radio ou Radio Evry 91 Ile de France. CHANSONS ROUGES L'NFORMATION EN CONTINUE : Flashs d'actualités toutes les heures de 6h à 23h. Journaux à 7h, 9h, 13h, 17h, 19h. Top Magazines à 8h, 12h, 18h, 23h RADIO EVRY COURCOURONNES 91 ILE DE FRANCE : Nouveau ! Toutes les semaine vous pouvez écouter notre flash exclusif d'informations locales et nationales à 7h, 9h, 13h, 17h, 19h, 22h. Ecoutez aussi sur cette web radio et en podcast des reportages sur plus de 30 associations d'Evry Courcouronnes et une programmation musicale avec les meilleurs hits. LES INVITES DE CLASSIK RADIO - Musique, culture, société, politique... : Lundi à 22h30, mardi 16h30, mercredi 19h, jeudi 10h, samedi à 8h30. MOSAIK RADIOS L'EVENEMENT LECTURE DU LIVRE D'HOWARD ZINN HISTOIRE POPULAIRE DES ETATS UNIS DE 1492 A NOS JOURS : Sur CLASSIK RADIOS mardi 8h, jeudi 9h, vendredi 21h samedi 17h Pour les plus petits et les plus grands découvrez LE JOURNAL DES PETITS CHOUX : Sur Classik Radio le mardi à 18h30, le mercredi à 20h, le dimanche à 10h30 ; sur Chansons Rouges le mercredi à 16h, le dimanche à 11h




En chute libre dans les sondages, en raison notamment de sa gestion de la crise sanitaire, le président sortant refuse de dire s’il acceptera le verdict des urnes, entend saper l’exercice du droit de vote. Les ingrédients d’un coup de force – légal ou non – semblent réunis.

«Imaginez des files d’attente interminables. Des millions de bulletins rejetés. Des milices avec des armes. Des supporters de QAnon (théorie complotiste d’extrême droite – NDLR). La Russie qui sème la discorde. Et un président qui tweete « FRAUDE » avant même que les bulletins aient été comptés. » Ces quelques phrases anxiogènes n’ont pas jailli du cerveau fertile d’un scénariste spécialiste en apocalypse, mais émanent d’une analyse récente du Brennan Center for Justice, institut rattaché à l’École de droit de l’université de New-York et réputé pour son sérieux. Imaginez… l’inimaginable : une sorte de coup de force contre la démocratie perpétré par le président des États-Unis lui-même. Les indices s’accumulent et ils peuvent constituer un faisceau. Le refus de Donald Trump, le 19 juillet dernier, répondant aux questions d’un journaliste de Fox News, d’assurer qu’il acceptera le verdict des urnes car l’élection pourrait être « truquée », a relancé craintes et rumeurs. En 2016, alors candidat républicain, il avait déjà adopté la même posture. En tant que président, il dispose désormais de pouvoirs incommensurablement supérieurs. Trois ans après, qui plus est, le climat politique s’avère encore plus incandescent, flirtant avec une « guerre civile froide », selon la formule du journaliste Carl Bernstein.

Lire aussi : La fuite en avant de Donald Trump, largué dans les sondages

Non seulement un scénario « inimaginable » n’est pas à exclure, mais il a même été étudié par un groupe – connu sous le nom de Transition Integrity Project – regroupant responsables démocrates et républicains, universitaires et juristes, anciens fonctionnaires et militaires. Fin juin, via Internet, ils se sont posé quelques questions : que se passera-t-il si Donald Trump refuse de reconnaître sa défaite ? Jusqu’où pourrait-il aller pour préserver son pouvoir ? Et si les démocrates refusaient de concéder ? Selon une des participantes, Rosa Brooks, professeur de droit à l’université Georgetown et ancienne du Département de la défense, les « quatre scénarios étudiés se terminent par de la violence dans les rues et une impasse politique ».

Favoriser une abstention élevée

L’hôte de la Maison-Blanche laboure ce terrain en menant une guerre ouverte au vote par correspondance (qu’il utilise lui-même), voie privilégiée par un quart de l’électorat en 2016. La raison ? Il serait un nid à « fraudes ». Cela va sans dire : aucune enquête ou étude ne le démontre. Mais comment justifier, en ces temps d’épidémie galopante de coronavirus, que chaque électeur soit obligé de se déplacer en personne ? Pour Trump, il s’agit bien du but de la manœuvre : favoriser une abstention élevée, désert démocratique dans lequel prospère le Parti républicain, dont l’électorat est plus âgé, plus installé socialement et plus assidu civiquement. En 2018, les élections de mi-mandat avaient combiné le taux de participation le plus élevé depuis 1920 et l’une des plus larges victoires des démocrates (53,4 % contre 44,8 %). Depuis plusieurs années, « les républicains cherchent à décourager les démocrates de se rendre aux urnes, souligne Olivier Richomme, maître de conférences de civilisation américaine à l’université Lyon-II. Mais comme ils ne peuvent pas identifier précisément l’affiliation partisane de chacun, ils utilisent l’affiliation ethno-raciale. Puisque les Africains-Américains votent à 90 % pour les démocrates, les républicains n’ont aucun intérêt à les voir voter (les Latinos aussi puisqu’ils votent au moins à 70 % démocrate). Il en va de même pour les jeunes et surtout les étudiants ». Les « purges » des listes électorales ciblent les « minorités » et les fermetures de bureaux de vote se concentrent dans les quartiers populaires et les campus. Éminent paradoxe de l’époque : le maintien au pouvoir du parti de Lincoln passe par le moindre exercice du droit de vote.

L'extrême droite se tient prête

Crier sans relâche à la « fraude » et à l’élection « volée » peut aussi permettre au président en exercice de préparer un coup de force légal, selon un plan détaillé par deux auteurs (lire notre article). Et si cela ne fonctionnait pas ? Certains observateurs voient dans le déploiement des troupes fédérales dans de nombreuses grandes villes comme une sorte de « répétition générale ». « La bataille de Portland, où les policiers fédéraux ont été envoyés contre des manifestants à 80 % blancs, est très importante, confirme John Mason, professeur de science politique à l’université William-Paterson. D’abord, parce que cela montre qu’une partie du pays, même si elle est blanche, est perçue comme une ennemie par une autre partie du pays. Ensuite, cela prouve qu’une majorité de Blancs n’adhère pas à une politique identitaire blanche. » Battu le 3 novembre, Trump conservera les manettes de l’État jusqu’à l’entrée en fonction de son successeur le 20 janvier. Que peut-il se passer en deux mois s’il refuse sa défaite et en appelle au « peuple trumpiste » ? Que feront les milices armées qui s’étaient déjà mobilisées contre les mesures de confinement, et a fortiori les « boogaloos », ces extrémistes de droite qui se préparent ouvertement à une guerre civile ?

À un peu moins de 100 jours du scrutin, la chute libre du président sortant dans les sondages, lesté par sa gestion de l’épidémie de coronavirus et des manifestations de protestation après la mort de George Floyd, ne semble dessiner que trois scénarios : un « come-back » d’anthologie de Trump, une victoire massive de Biden ou celui que personne n’osait imaginer jusqu’ici : le coup de force.

Christophe Deroubaix, l'Humanité

Partager