RADIO(S)

Alerte info
MOSAIK RADIOS , Chansons Rouges, Radio Evry Courcouronnes 91 Ile de France se mobilisent pour informer sur l'évolution du Coronavirus : Vous pouvez écouter actuellement Chansons Rouges. En cliquant sur le logo en bas à droite vous pouvez écouter une autre station du groupe Classik Radio, Chansons Rouges ou Radio Evry 91 Ile de France. CHANSONS ROUGES L'NFORMATION EN CONTINUE : Flashs d'actualités toutes les heures de 6h à 23h. Journaux à 7h, 9h, 13h, 17h, 19h. Top Magazines à 8h, 12h, 18h, 23h RADIO EVRY COURCOURONNES 91 ILE DE FRANCE : Nouveau ! Toutes les semaine vous pouvez écouter notre flash exclusif d'informations locales et nationales à 7h, 9h, 13h, 17h, 19h, 22h. Ecoutez aussi sur cette web radio et en podcast des reportages sur plus de 30 associations d'Evry Courcouronnes et une programmation musicale avec les meilleurs hits. LES INVITES DE CLASSIK RADIO - Musique, culture, société, politique... Cette semaine l'écrivain COLETTE : Lundi à 22h30, mardi 16h30, mercredi 19h, jeudi 10h, samedi à 8h30. MOSAIK RADIOS L'EVENEMENT LECTURE DU LIVRE D'HOWARD ZINN HISTOIRE POPULAIRE DES ETATS UNIS DE 1492 A NOS JOURS : Sur CLASSIK RADIOS mardi 8h, jeudi 9h, vendredi 21h samedi 17h Pour les plus petits et les plus grands découvrez LE JOURNAL DES PETITS CHOUX : Sur Classik Radio le mardi à 18h30, le mercredi à 20h, le dimanche à 10h30 ; sur Chansons Rouges le mercredi à 16h, le dimanche à 11h MAI 2019 SUR MOSAIK RADIOS : Notre invitée, Colette écrivaine, biographie et entretien sur sa vie, son œuvre : le jeudi à 22h, le vendredi à 10h, le samedi 12h, le dimanche à 15h, sur Chansons Rouges




La Poste tunisienne a annoncé avoir mis en vente à compter du 20 novembre un timbre à l’effigie de la mosquée Al-Aqsa, portant la mention « Al-Qods capitale de la Palestine », indique un communiqué officiel, précisant que le timbre est désormais disponible dans tous les bureaux de poste et sur Internet. Une décision aussitôt fustigée par quelques médias israéliens.

Dans un communiqué publié sur son site officiel ainsi que ses réseaux sociaux, la Poste tunisienne annonce ainsi l’émission à partir de mercredi 20 novembre d’un timbre sur le thème « Al-Qods (ville sainte de Jérusalem, ndlr) capitale de la Palestine ».

Assumé, voire politiquement engagé, le même communiqué précise que l’émission du timbre en question intervient « en concrétisation de la décision du Comité permanent de la Ligue arabe et en confirmation de la position constante de la Tunisie pour soutenir la cause palestinienne et le soutient des efforts internationaux visant à instaurer une paix juste et globale en vue de mettre fin à l’occupation israélienne et permettre l’établissement d’un État Palestinien indépendant avec Al-Quds comme capitale ».

Plus loin, on peut y lire que le geste « s’inscrit dans le cadre d’une série de résolutions de solidarité en faveur de la cause palestinienne afin de mettre l’accent sur l’arabisme d’Al-Quds et de l’État de la Palestine ainsi que sur son identité arabo-musulmane. La décision de la Ligue des États Arabes d’adopter Al-Quds comme capitale permanente du patrimoine arabe constitue une forme de confrontation intellectuelle et morale et de résistance pacifique contre l’occupation sioniste ».

La Poste tunisienne annonce par ailleurs que le timbre est disponible à la vente dans tous les bureaux de poste ou encore via Internet sur le site http://www.e-stamps.poste.tn.

Climat politique favorable

Qu’en est-il du timing de cette annonce, dans la mesure où la tonalité du communiqué paraît inédite, du moins en matière de communication institutionnelle en Tunisie ?

Depuis sa très modeste campagne électorale, le nouveau président de la République Kaïs Saïed, qui boucle son premier mois au pouvoir dans deux jours, s’était déjà fait remarquer par ses positions sans concession sur la question palestinienne, se montrant extrêmement hostile à toute « normalisation », terme qu’il refuse même d’employer, lui préférant l’expression « haute trahison ». Une position qui lui a valu selon plusieurs observateurs une grande partie de sa popularité auprès de ceux qui le connaissaient peu il y a encore quelques mois.

Plus récemment, Saïed fut d’après des agences de presse palestiniennes qui le saluent, le premier dirigeant arabe à avoir réagi au bombardement de Gaza par l’aviation israélienne vendredi dernier en violation du cessez-le-feu, bien que le compte Twitter du président n’ait pas été authentifié. « Gaza demeurera la terre de la dignité à une époque où les vestiges du colonialisme tentent de ramener la nation arabe au bercail d'une dépendance humiliante », y aurait-il affirmé.

Sources Le Courrier d'Atlas

Partager