RADIO(S)

Alerte info
MOSAIK RADIOS , Chansons Rouges, Radio Evry Courcouronnes 91 Ile de France les radios intelligentes du web : Vous pouvez écouter actuellement Chansons Rouges. En cliquant sur le logo en bas à droite vous pouvez écouter une autre station du groupe Classik Radio, Chansons Rouges ou Radio Evry 91 Ile de France. CHANSONS ROUGES L'NFORMATION EN CONTINUE : Flashs d'actualités toutes les heures de 6h à 23h. Journaux à 7h, 9h, 13h, 17h, 19h. Top Magazines à 8h, 12h, 18h, 23h RADIO EVRY COURCOURONNES 91 ILE DE FRANCE : Ecoutez sur cette web radio et en podcast des reportages sur plus de 30 associations d'Evry Courcouronnes et une programmation musicale avec les meilleurs hits. Magazines d'informations nationales et locales à 8h, 12h, 16h, 18h30, 20h CHANSONS ROUGES MOSAIK RADIO : est diffusée en haute définition en 320 Kbps LES INVITES DE CLASSIK RADIO - Musique, culture, société, politique... : Lundi à 22h30, mardi 16h30, mercredi 19h, jeudi 10h, samedi à 8h30. MOSAIK RADIOS L'EVENEMENT LECTURE DU LIVRE D'HOWARD ZINN HISTOIRE POPULAIRE DES ETATS UNIS DE 1492 A NOS JOURS : Sur CLASSIK RADIOS mardi 8h, jeudi 9h, vendredi 21h samedi 17h Pour les plus petits et les plus grands découvrez LE JOURNAL DES PETITS CHOUX : Sur Classik Radio le mardi à 18h30, le mercredi à 20h, le dimanche à 10h30 ; sur Chansons Rouges le mercredi à 16h, le dimanche à 11h




L’Algérie face à la catastrophe suspendue L’Algérie au présent. Entre résistances et changements Thomas Serres Sous la direction de Karima Dirèche Karthala, 304 pages, 28 euros Karthala, 850 pages, 37 euros

Comment comprendre le « hirak » sans l’inscrire dans le temps long, le relier aux luttes comme aux mutations sociales qui l’ont précédé, qu’il cristallise et qu’il avive ? Deux ouvrages publiés chez Karthala offrent, rétrospectivement, un précieux éclairage sur l’insurrection pacifique qui ébranle le « système » algérien depuis le 22 février. Le premier, signé du politiste Thomas Serres, forme l’hypothèse de la « catastrophe suspendue » et de la violence, concrète ou symbolique, qui l’accompagne, comme méthode de gouvernement et condition de la reconfiguration accélérée du régime à partir des années 1980.

L’auteur s’appuie sur les ressources de la théorie critique et sur une solide étude de terrain – observations in situ et entretiens avec des acteurs cultivant de multiples formes de dissidences – pour esquisser une peinture complexe de la scène politique algérienne, entre cartellisation de l’élite dirigeante et désarmement politique d’une société menacée par les tenants du pouvoir du retour imminent du désastre et de la guerre intérieure.

En jouant sur ce péril existentiel propre à nourrir le fatalisme, le régime, caractérisé par une propension démesurée à la prédation économique, s’est perpétué, adapté, sans même avoir à rechercher l’assise d’une légitimité politique. Entre répression, libertés « encadrées » et clientélisation de la société, il est parvenu, dans les années Bouteflika, à fragmenter la contestation, lui imposant une géographie archipélique fragile.

Thomas Serres tient pourtant à distance le lieu commun d’un pouvoir opaque et nébuleux, réputé insaisissable ; il réfute l’idée d’une insurmontable singularité algérienne pour franchir les frontières de l’étude de cas. Ce faisant, il met en évidence une réalité politique aux résonances universelles : la crise, réelle ou supposée imminente, peut se muer en ordre durable, propre à tenir des sociétés dans la glaciation. Mais une crise couve toujours des potentialités contradictoires : en Algérie, elle a fini par donner corps à une situation révolutionnaire… Le second ouvrage, collectif, récuse aussi le faux paradigme d’une « énigme algérienne ».

L’historienne Karima Dirèche, spécialiste du Maghreb contemporain, y a rassemblé les contributions de soixante-cinq chercheurs qui saisissent, chacun depuis son champ, les dynamiques sociales, politiques, culturelles, économiques ou religieuses qui refaçonnent la société algérienne.

L’ensemble n’est pas impressionniste pour autant : l’ouvrage est charpenté par l’analyse des tensions qui travaillent, entre résistance et changement, un pays en proie à des transformations profondes, accélérées, bien qu’encore marqué par les stigmates de la violence de masse des années 1990. « Rejetant un avenir hypothéqué par une oligarchie d’État au pouvoir depuis près de six décennies,

la société algérienne se dévoile dans toute sa diversité et sa créativité dans l’urgence aiguë du changement et de la transition politique », remarque, en introduction, Karima Dirèche, à propos de l’insurrection pacifique en cours. Ces études brossent finalement le tableau d’un peuple se reconstituant en communauté politique et décidé à reprendre son destin en main pour écrire une nouvelle page de son histoire.

Partager