RADIO(S)

Alerte info
MOSAIK RADIOS Chansons Rouges, Chansons Rouges, Radio Evry Courcouronnes 91 Ile de France : Vous écoutez actuellement Chansons Rouges, en cliquant sur le logo en bas à droite vous pouvez changer de station de radio SUR CLASSIK RADIO CETTE SEMAINE : Entretiens avec des musiciens lundi à 22h30, mardi 16h30, mercredi 19h00, jeudi 10h, samedi 8h30. Les aventures de Tintin lundi 14h, vendredi 21h, dimanche 16h. CHANSONS ROUGES INFORMATIONS : Flashs toutes les heures de 6h à 23h. Journaux à 7h, 9h, 13h, 17h, 19h. Top Magazines à 8h, 12h, 18h, 23h HEROIQUES, FEMMES DANS LA RESISTANCE : Une émission exclusive proposée par Mosaik Radios diffusée dimanche à 14h, mercredi 6h sur Chansons Rouges ; dimanche 13h, mercredi 10h, vendredi 19h sur Classik Radio




Entretien. Actrice, auteure de livres, réalisatrice, chanteuse… Helena Noguerra passe d’un genre à l’autre avec talent, légèreté, espièglerie et humour. En témoigne son très réussi nouvel album “Nue”, hommage à la bossa nova aux influences sixties et à la nouvelle vague de la musique brésilienne, qu’elle dévoilera en mai au Théâtre Les Etoiles à Paris.
Helena Noguerra se voit comme une chanteuse «qui joue» et non comme une actrice qui chante. Cela lui permet d’être libre dans sa musique à l’esprit espiègle en passant d’un genre à l’autre, du cinéma à la chanson, l’écriture d’un livre ou la réalisation d’un film avec un même plaisir. “Tout ça c’est le même terrain, ce sont des vases communicants. On interprète, mais effectivement quand je chante, c’est la jouissance suprême” confie celle qui revient avec “Nue”, son sixième opus. Un album réalisé avec la complicité du musicien Philippe Eveno, aux douces ambiances de bossa nova, hommage aux sixties et à la nouvelle vague de la musique brésilienne.
Interprète sensuelle et solaire, elle invite à un voyage musical où le jazz n’est jamais loin. Avec en prime un duo teinté d’humour avec Vincent Dedienne (“Je mens“), une reprise de  “J’entends cette musique”, chanson écrite en 1963 de Robert Gall et de Rémo Giazotto, inspirée de l’Adagio d’Albinoni, qui fut interprétée par France Gall. Le tout accompagné d’un morceau disco aux accents comiques où elle se transforme en reine de la piste et en queen des dancefloors. Un disque très réussi mêlé de légèreté et de mélancolie, qui reflète bien la personnalité de la chanteuse. Elle le dévoilera au théâtre Les Etoiles à Paris le 15 mai, avant un retour sur scène à partir d’avril 2020 dans un spectacle musical écrit avec Pierre Notte, où elle revisitera ses chansons depuis ses débuts.
 
Qu’aimez-vous de la bossa nova, dont vous vous êtes inspirée pour votre album ?
Helena Noguerra : C’est une musique qui n’est pas d’aujourd’hui et qui en même temps est intemporelle, comme le jazz. Toutes les musiques perdurent finalement. Quand j’étais petite, mes parents en écoutaient beaucoup. J’aime cette musique qui doit me correspondre, j’imagine, où je retrouve des choses qui me vont bien, à travers une forme de légèreté. C’est une musique savante, bien qu’elle ait l’air légère parcourue de textes plutôt naïfs qui parlent de l’amour avec des métaphores comme la mer, les oiseaux qui chantent, le soleil qui brille, l’aurore qui se lève sur l’horizon et qui en même temps est plutôt mélancolique et nostalgique. Il y a quelque chose dans cette musicalité qui me plaît, me ressemble.
 
Vous n’aviez pas sorti de disque depuis “Année zéro” en 2013. Est-ce votre expérience au sein du spectacle musical Les Parisiennes, l’année dernière (avec Arielle Dombasle, Mareva Galanter et Inna Modja) qui vous a redonné goût à la chanson ?
Helena Noguerra : Non pas du tout. En fait, la chanson n’est jamais abandonnée. Entre-temps, j’ai tourné pendant deux ans avec Natalie Dessay, Agnès Jaoui et Liat Cohen dans “Paris Rio”, un spectacle de reprises de bossa nova, ensuite effectivement il y a eu Les Parisiennes. Il y a des tas de projets, les films, les séries. Comme je suis un peu boulimique, les activités se sont multipliées. A 30 ans, je n’étais plutôt que musicienne, puis j’ai commencé à tourner et j’ai eu du succès comme comédienne, après j’ai écrit des livres. Mais, je travaille tout le temps mes chansons en parallèle.
 
Que mettez-vous derrière le titre “Nue” ?
Helena Noguerra : J’ai voulu ce titre d’album qui traduit cette envie de dépouillement, de ne rien porter, comme une espèce de remise à zéro. Je crois que c’est important d’être conscient, de se dépouiller. Il faut aller vers la décroissance heureuse, plus de marques, pas de bijoux, pas de sophistication. Il faut se rapprocher de la vie, de ce qu’est la nature, l’essence des choses pour sauver la planète, l’être humain, pour arrêter de consommer comme des idiots.
 
Votre registre est plein d’humour. A l’image du titre d’ouverture où vous chantez “Je ne t’aime pas“…
Helena Noguerra : Pour moi, c’est une déclaration d’amour “retournée” (rires). Il y a un côté jouissif à dire les choses honnêtement. J’adore être comique ! Je voulais être Pierre Richard au tout début, mais ma géographique physique m’en a empêchée ! J’ai essayé de sortir des cases, mais néanmoins, j’y suis subordonnée. J’essaie dans le monde tel qu’il est d’exploser des canevas. J’ai fait commerce de ma beauté en commençant comme mannequin. Après, dire “vous savez, je suis un clown et je suis marrante” c’était compliqué parce que je n’avais pas les attributs du clown dès le départ. Mais je suis un clown  déguisé en fleur, comme dirait la chanson ! (rires).
 
Etre chanteuse, actrice, écrivaine, réalisatrice… c’est une manière de ne se priver d’aucun plaisir ?
Helena Noguerra : Si c’était de la nourriture on m’appellerait “boulimique”. Je pense que c’est remplir une angoisse, cette envie de faire un maximum de choses avant nos funérailles. C’est la conscience de notre “finitude” qui est grandement ancrée en moi depuis l’enfance, ce qui crée mon caractère et ma bonne humeur ! (rires), parce que je suis consciente de la chance que j’ai d’avoir une journée en plus dans ma vie. Et souvent, ce sont des propositions qui viennent et que je prends comme des cadeaux. C’est prendre la vie du bon côté.
Partager