RADIO(S)

Alerte info
MOSAIK RADIOS Chansons Rouges, Classik Radio, Radio Evry 91 Ile de France : Vous écoutez actuellement Chansons Rouges, en cliquant sur le logo en bas à droite vous pouvez changer de station de radio CLASSIK RADIO fait son cinéma : Musiques de films, magazines de cinéma, chroniques grand écran NOUVEAU SUR CHANSONS ROUGES : Magazine Histoires de chansons lundi 11h, jeudi 14h, dimanche 9h15, 17h15 La poétesse Keltoum Deffous invitée de Mosaik Radios : Diffusion de l'émission réalisée par Radio Algérie la République des Arts sur CLASSIK RADIO en septembre samedi 22 à 10h30, dimanche 23 à 20h30, mercredi 26 à 16h30, sur CHANSONS ROUGES vendredi 28 à 10h00, dimanche 30 à 15h Mosaik Radios Facebook : 400, vous êtes plus de 400 à aimer notre page sur Facebook ! Merci !




Un juge de la cour d'appel du Brésil a annulé ce 8 juillet un ordre de libération de l'ex-président Lula da Silva, qui avait été pris plus tôt par un autre magistrat de la même cour. Condamné pour corruption, il n'a cessé de clamer son innocence.

Un juge d'une cour d'appel brésilienne – le tribunal régional fédéral de la quatrième région (TRF4) de Porto Alegre – a annulé ce 8 juillet un ordre de libération de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, décrété quelques heures plus tôt par un autre magistrat de la même cour.

La police fédérale doit s'abstenir «de pratiquer quelconque acte qui modifie la décision collégiale» de condamner Lula da Silva à 12 ans et un mois de prison pour corruption, a ainsi affirmé le juge Joao Pedro Gebran Neto, décidant que l'ex-président devrait rester dans sa prison de Curitiba (sud).

La décision initiale de la cour d'appel précisait que la libération de l'ex-président, incarcéré depuis début avril pour corruption, devait avoir lieu «selon le régime d'urgence en la date d'aujourd'hui, en présentant cet ordre à une autorité policière présente au siège de la Police fédérale de Curitiba».

La justice brésilienne reproche à Lula d'avoir reçu un luxueux appartement en bord de mer de la part d'une entreprise de construction en échange de faveurs dans l'obtention de marchés publics, ce qu'il a toujours catégoriquement nié, invoquant l'absence de preuves et dénonçant un complot visant à l'empêcher de briguer un troisième mandat.

«Je veux juste que la Cour suprême rende justice. Je ne veux aucun bénéfice personnel et qu'elle indique quel crime j'ai commis», avait déclaré Lula le 2 avril à Rio de Janeiro.

Ancien ouvrier, Luiz Inacio Lula da Silva, 72 ans, a présidé le Brésil de 2003 à 2011.

Sources RT

Partager